MANOIR DE PLAINARTIGE
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés

Avril 2021
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Calendrier Calendrier

112 GRIPES ABOUT THE FRENCH

Aller en bas

112 GRIPES ABOUT THE FRENCH Empty 112 GRIPES ABOUT THE FRENCH

Message par LAVEC



Lorsqu'ils liront cet ouvrage, beaucoup d'entre vous vont bondir aussi est-il nécessaire, avant de réagir, de se replacer dans le contexte de l'époque.
Le manuel se présente sous la forme de 112 questions avec leurs réponses. Il a été conçu pour répondre aux plaintes des GI's américains et les aider  à comprendre l'état misérable de la France après une occupation militaire brutale de cinq ans.
Ce n'est pas moi qui ai traduit le livret, je le transmet dans son état intégral tel qu'il a été réédité. J'ai été obligé de le scinder en deux parties afin de respecter les normes du forum. Il permet aussi de prendre connaissance de certains faits et certains chiffres dont nous ne doutions même pas. Petit détail : Il est protégé par les copyrights de l'US Army


112 GRIPES ABOUT THE FRENCH 11211

112 DOLEANCES CONTRE LES FRANCAIS
Cette brochure a été publiée à Paris en 1945 par la "Division de l'information et de l'éducation" des Forces d'occupation des États-Unis. Il a été traduit en 2003.
Son auteur est anonyme mais on pense qu'il a été écrit par Mary Blume. Certains disent que c'est Leo Rosten qui en est l'auteur mais ce n'est guère probable car il était en garnison au moment de sa première parution et on ne trouve pas de traces de cet ouvrage dans sa bibliographie.
Il a récemment été republié (ISBN 978-1419165122) tel qu'il était à l'origine.

AVANT-PROPOS

Nous, les Américains croyons en notre droit de critiquer. Nous insistons sur le droit d'exprimer nos propres opinions.
Mais nous croyons également aux autres le droit à exprimer leurs opinions. Car le droit de parole implique le devoir d'écouter. Le droit de critiquer implique la responsabilité de donner "à l'autre côté" une chance équitable de faire valoir son point de vue. Nous savons que la vérité ne peut être trouvée que par une discussion ouverte et honnête, et que le bien commun est servi par des tentatives communes de compréhension commune. D'une certaine façon, la démocratie est l'effort long et parfois difficile que les hommes libres font pour se comprendre.
Cette brochure tente d'aider certains d'entre nous à comprendre un allié : le Français. Il ne s'agit ni de "défendre" les Français ni de châtier les Américains qui n'aiment pas les Français. Il s'agit simplement de mettre en lumière les irritations, les insatisfactions et les malentendus qui se sont posés, car il est souvent difficile pour les gens d'un pays de comprendre ceux d'un autre.
La brochure utilise le formulaire Question-Réponse. Les questions sont imprimées en gras et soulignées.
Il énumère les critiques, les idées fausses et les "gestes" ordinaires que les troupes américaines en Europe expriment le plus souvent lorsqu'elles parlent du français. Chaque commentaire ou question est suivie d'une réponse ou d'une discussion. Certaines réponses sont assez courtes, car la question est directe et simple. Certaines réponses sont assez longues, car les "questions' ne sont pas des questions, mais des actes d'accusation qui contiennent des idées préconçues complexes et variées.
Le but de la présente publication est de présenter des faits et des jugements que même les biens intentionnés peuvent avoir tendance à négliger mais a aussi un but politique.
Il se peut que certains considèrent cette brochure comme un catalogue d'excuses ou de justifications. Pour eux, on ne peut dire que la vérité n'est pas refusée en lui conférant une étiquette dérogatoire.
Il peut y en avoir d'autres qui saisiront les questions avec triomphe, ignorant entièrement les discussions. Ce genre de lecteur ignorera de toute façon la vérité quelle que soit la forme qu'elle se présente.
Cette brochure ne peut pas convaincre ceux qui ont un préjudice désespéré, mais cela peut aider à empêcher les autres d'être infectés par les mêmes lamentations.

1. "Nous sommes venus en Europe deux fois en vingt-cinq ans pour sauver les Français".

Nous ne sommes pas venus en Europe pour sauver les Français, soit en 1917, soit en 1944. Nous ne sommes pas venus en Europe pour faire des faveurs. Nous sommes venus en Europe parce que nous étions, en Amérique, menacés par une puissance hostile, agressive et très dangereuse.
Dans cette guerre, la France est tombée en juin 1940. Nous n'avons pas envahi l'Europe avant juin 1944. Nous n'avons même pas pensé à "sauver" les Français par une action militaire jusqu'à après Pearl Harbor, après que les Allemands nous ont déclaré la guerre. Nous sommes venus en Europe, en deux guerres, parce qu'il vaut mieux combattre notre ennemi en Europe qu'en Amérique. Aurait-il été plus intelligent de combattre la Bataille des Ardennes en Ohio ? Est-ce que cela aurait été plus intelligent si le D-Day avait voulu faire un saut à travers l'Océan Atlantique, au lieu de la Manche, afin d'amener un ennemi à envoyer des fusées dans nos maisons ? Serait-il judicieux d'attendre en Amérique jusqu'à ce que des bombes V1et V2, des bombes explosives, des bombes à fusées et, peut-être, des bombes atomiques ont-elles fait des ruines de nos villes ? En Allemagne, même les enfants ont chanté cette chanson : "Aujourd'hui, l'Allemagne, demain le monde"*.  Nous faisions partie de ce monde et nous avons été désignés comme étant une cible potentielle.
*NB : le titre original de cette chanson est : "" Denn heute da hört uns Deutschland und morgen die ganze Welt".  

Lorsque la France est tombée, notre dernière défense sur le continent est partie. La France était la "pierre angulaire de la liberté" sur la terre depuis la Méditerranée jusqu'à la mer du Nord. C'était un rempart contre l'agression allemande. La France gardait l'Atlantique et les bases dont les Allemands avaient besoin sur l'Atlantique pour la guerre sous-marine et aérienne.
La sécurité américaine et la politique étrangère américaine ont toujours reposé sur ce fait difficile : nous ne pouvons pas autoriser un pouvoir hostile sur l'océan Atlantique. Nous ne pouvons être sûrs chez nous si nous sommes menacés sur l'Atlantique. C'est pourquoi nous sommes allés en guerre en 1917. C'est pourquoi nous avons dû nous battre en 1944. Et c'est pourquoi, en ce qui concerne le sens commun et l'intérêt national, le président Roosevelt a déclaré le 11 novembre 1941 : "La défense de tout territoire, sous le contrôle des Forces Françaises Libres, est vitale pour la défense des États-Unis.  
2. D'abord, quand nous sommes arrivés en Normandie, puis à Paris, les Français nous ont tout donné : le vin, le fromage, les fruits, tout. Ils nous ont accueilli à bras ouvert et nous ont embrassé chaque fois que nous sommes retournés. Ils nous ont donné le plus grand accueil que l'on n'a jamais eu. Mais ils ont tout oublié. Ils sont ingrats."

Peut-être que les Français manquaient de vin, de fromage, de fruits et de cognac pour se libérer. Peut-être les Français ont-ils épuisé les stocks qu'ils avaient cachés dans leurs caves à la vue des Allemands. En lisant la question ci-dessus, un Français ne pouvait-il pas dire ? "Les Américains sont-ils si ingrats ? Ont-ils déjà oublié que nous leur avons donné tout ce que nous avions ?"
3. "Les Français ne nous invitent pas dans leurs maisons".

Ils n'ont pas de nourriture, les Allemands l'ont pris. Ils ne parlent pas l'anglais et nous ne parlons pas français. Il est difficile d'accorder l'hospitalité dans ces conditions. Demandez aux soldats qui ont été invités dans des maisons françaises à quoi ressemblait l'accueil qu'ils ont eu.
Dans combien de maisons américaines avez-vous été invitées lorsque vous étiez près d'une "ville militaire de garnison" aux États-Unis ?
4. "Les Français nous prennent  à "rebrousse-poil".

Il était inévitable que certains Français prennent certains Américains à "rebrousse-poil". Les gens de la ville prennent souvent les paysans à "rebrousse-poil". Il en va de même pour un Pittsburgher marchant à la Nouvelle-Orléans ou un Texan sur la Cinquième Avenue.
Nous, les Américains, croyons en la valeur des différences, si les croyances politiques fondamentales et les objectifs reposent sur une base commune. (Voir la question n° 69.)
"Si vous ne supportez pas les fautes de votre ami, vous le trahissez".
5. "Je n'aimerai jamais les Français". "Je déteste les Français !"

Vous n'avez pas à aimer les français. Vous n'avez pas non plus à les détester. Vous pourriez au moins essayer de les comprendre. Le point le plus important n'est pas de laisser votre sentiment vous aveugler sur le fait qu'ils sont ou ne sont pas nos alliés. Ils l'étaient déjà en 1917.
La question la plus importante que les gens peuvent se poser est la suivante : "Qui lutte avec nous ? Qui lutte contre nous ?"

6. "Nous tirons toujours les français d'une mélasse. Ont-ils jamais fait quelque chose pour nous ?"

Ils l'ont fait. Ils nous ont aidés à sortir de l'une des plus grandes mélasses auxquels nous nous trouvions.
Au cours de la Révolution américaine, quand presque tout le monde se tenait dans la "non-intervention" ou était contre nous, c'était la France qui était notre plus grand allié et bienfaiteur. La France a prêté 6000 000 $ aux treize États et nous a donné plus de 3 000 000 $ de plus. (C'était beaucoup plus d'argent à cette époque qu'il n'en vaut maintenant).
45 000 Français se sont portés volontaires dans l'armée de George Washington. Ils ont traversé l'océan Atlantique dans de petits bateaux qui ont pris deux mois pour faire le voyage.
L'armée de Washington n'avait pas d'ingénieur militaire. Ce sont les ingénieurs français qui ont conçu et construit nos fortifications. Ils nous ont fourni l'armement et l'artillerie qui nous faisait tant défaut.
Le nom de Lafayette est celui que les Américains n'oublieront jamais, et les Français sont aussi fiers de ce nom que nous le sommes.
Vous pouvez juger la mesure et le sens de l'aide française à notre Révolution à partir de la lettre que George Washington a envoyée le 9 avril 1781 à notre envoyé militaire à Paris, en demandant l'aide de la France : "Nous sommes à cette heure, suspendu dans l'équilibre, pas de choix mais de la nécessité vitale et absolue. Nos troupes approchent rapidement du dénuement, nos hôpitaux sont sans médicaments et nos malades sans nutrition, en un mot, nous sommes à la fin de notre engagement, et c'est de la France que maintenant ou jamais notre délivrance doit venir. "
C'est la France qui nous a aidés à l'heure la plus sombre.
7. "Nous ne pouvons pas compter sur ces Français".

Cela dépend de ce que vous entendez par "compter". Si vous vous attendez à ce que les Français réagissent comme les Américains, vous serez déçus. Ce ne sont pas des Américains, ce sont des Français. Si vous vous attendez à ce que les Français se pressent comme nous le faisons, vous serez déçus. Les Français ne se pressent pas. Comme la plupart des gens du monde vivant à l'extérieur de l'Amérique.
Mais nous avons toujours pu compter sur les Français dans les moments les plus importants : la France a combattu avec nous, pas contre nous, deux fois au cours des deux dernières décennies.
8. "Nous avons plus de difficultés avec les Français qu'avec les Allemands. Nous sommes toujours en train de nous quereller avec eux. Ils critiquent tout. Ils doivent mettre du leur. Les Allemands, ils font tout ce que vous leur dites. Ils sont coopératifs, les Français ne le sont pas.

Deux hommes qui travaillent ensemble sont plus susceptibles de déclarer qu'un est prisonnier et l'autre le gardien.
Bien sûr, nous différons d'avec les Français. Bien sûr, nous disputons avec eux. Pourquoi ? Parce que nous avons un but commun et faisons face à des problèmes communs, parce que nous aimons les Français, nous avons appris à penser pour nous-mêmes, à "mettre du nôtre". La démocratie repose sur l'idée que tout le monde a le droit fondamental de "mettre du sien".
En Amérique, nous disons : "Je suis du Missouri" ou "Qui a dit ça"?" Les Français ont la même attitude. Ils disent : "Je ne crois que ce que je vois" ou "Je ne demande pas mieux que d'être convaincu".
Il y a un dicton en France qui dit :" Tout ce qui n'est pas strictement interdit est autorisé ". Mais en Allemagne, tout ce qui n'est pas strictement autorisé est verbalisé. Nous sommes dans la tradition française et non allemande.
Oui, nous nous querellons avec les Français. Les membres d'une famille le disent assez librement : "Nous nous querellons à l'intérieur de notre maison". Nous nous querellons avec nos alliés.
Nous ne nous disputons pas avec nos ennemis, nous les combattons.
Quant aux Allemands, ils se doivent d'être "coopératifs". Ils n'ont pas le choix. Ils sont soumis à l'autorité et au droit militaire des vaincus prisonniers.
Qu'est-ce le meilleur : un allié critique ou un ennemi trop flatteur ?
"Les flatteurs sont les pires types d'ennemis". - Tacite.
9. "Nous avons donné tout donné aux français, les uniformes, les jeeps, les camions, les fournitures, les munitions, tout."

Nous n'avons pas donné ces choses aux Français. Nous les avons prêtés, sous Prêts-bails, un amendement adopté par notre Congrès comme "Loi visant à promouvoir la défense des États-Unis". Nous avons prêté du matériel militaire et des fournitures à notre allié.
Où les Français pourraient-ils avoir des uniformes, des fusils, des munitions, des fournitures ?
Certainement pas auprès des Allemands. Un Français armé avec un fusil 03* peut tuer des Allemands. Il était plus rationnel pour nous de donner des armes et des uniformes pour armer les Français que d'enrôler d'autres soldats américains.
*NB : Il s'agit du fusil Springfield M 1903 qui a été largement donné à la Résistance

10. "Nous avons donné des milliards de dollars aux français. Ils ne le rembourseront jamais".

Sous Prêts-bails, nous avons fourni des fournitures et équipements militaires en France d'une valeur de 1 041000000 $. Dans le cadre de Prêts-bails inversé, les Français ont déjà remboursé environ 450 000 000 $, soit près de la moitié du montant que nous leur faisons pour acheminer des fournitures militaires.
Les Français ont remboursé cette somme de 450 000 000 $ de la même manière qu'ils l'ont obtenue - avec des fournitures, des matériaux alimentaires, du travail, des services.
Voici quelques-unes des choses que les Français nous ont fournies :
-131 000 capes de neige pour la campagne d'hiver de 1944.
-700 tonnes américaines de pneus en caoutchouc fabriqués en France.
-260 000 panneaux et affiches pour les marqueurs routiers lors de la campagne militaire.
-Des millions de jerricans.
-150 000 ouvriers et civils français ont travaillé pour l'armée des États-Unis mais ont été payés par le gouvernement français. Ces hommes et femmes français travaillaient dans les aérodromes, les voies des chemins de fer, les ports, les quais, dans les bureaux, etc. Ils vont des dockers aux infirmières, mécaniciens aux dactylographes, en France, en Afrique du Nord et dans les îles françaises du Pacifique Sud, comme Nouvelle Calédonie, où les troupes américaines sont stationnées.
- Tous les services téléphoniques et télégraphiques français ont été mis à notre disposition.
- Bois, ciment, gravier pour la construction.
-Billets de théâtres tels que l'Olympia, l'Empire, le Marignan à Paris et ce, dans toute la France, de Brest à Strasbourg, de Paris à Nice ou à Biarritz.
-Restaurants - pour les salles des mess américains.
-Alimentation - bien que les Français en aient eux-mêmes très peu.
-Les français nous fournissent des fruits et des légumes frais.
- Bières fabriquées en France, par les Français, pour les troupes américaines, à partir d'ingrédients expédiés des États-Unis.
- Impression des journaux Stars and Stripes (Journal officiel des armées), Yankees, Jargons militaires, Femmes d'outre-mer, the I et E brochures.
11. "Les Français utilisent notre essence, mais ils ne la donnent pas aux Américains. Vous ne pouvez pas obtenir de l'essence dans les zones françaises d'occupation si vous conduisez."

Vous n'êtes pas censé le faire.
Les Français reçoivent de l'essence par l'autorité de l'U.S. Army. C'est la seule essence qu'ils obtiennent et qu'ils sont obligés d'utiliser pour eux-mêmes.
Le contrat d'aide réciproque, en vertu des lois sur les prêts hypothécaires, stipule dans l'article III, que le gouvernement de la France ne pourra, sans le consentement du président des États-Unis, transférer les articles fournis aux Français ou permettre leur utilisation par quiconque n'est pas un officier, employé ou agent du gouvernement français.
Une pompe à essence américaine peut-elle donner de l'essence à une voiture de l'armée française qui n'est pas expressément autorisée à obtenir de l'essence à partir de cette pompe ?
Si vous étiez en service, donneriez-vous de l'essence à des personnes non autorisées ? Non !

12. "Un Français m'a dit que la France nous avait donné la Statue de la Liberté. Que pensez-vous de ça ?"

L'idée de la construction de La Statue de la Liberté a commencée avec un groupe de Français, peu de temps après la guerre civile. Ils ont chargé un sculpteur français, Frédéric Auguste Bartholdi, de faire le travail. Un comité de Français a été formé en 1874 pour recueillir des fonds. C'est Bartholdi qui a recommandé le site de Bedloe's Island dans le port de New York pour l'érection de la statue.
En France, 180 villes françaises, quarante conseils généraux et des milliers de Français anonymes ont contribué à verser un quart de million de dollars (pas des francs) à la statue. (Les États-Unis ont participé à hauteur de 280 000 dollars). En 1883, le Président du Comité français, M. de Lesseps, a officiellement donné la statue au peuple américain.
13. "Nous ne sommes pas les bienvenus dans les restaurants français".

Pourquoi devrions-nous l'être ? Nous sommes censés manger dans les mess de l'armée. Chaque repas que nous pourrions manger dans un restaurant français utiliserait justement cette nourriture provenant de l'offre limitée des Français.

14. "Chaque fois que nous entrons dans une boîte de nuit, nous sommes trompés par ces Français".

N'avez-vous jamais été trompé dans une boîte de nuit en Amérique ? Comparez les prix dans les boîtes de nuit de Paris à ceux dans les boîtes de nuit que vous avez visitées à Miami ou New York, Chicago ou Los Angeles.
Un GI's sort d'une boîte de nuit aux États-Unis et dit : "Un dollar et demi pour un verre de Scotch and soda ! C'est l'endroit parfait !" (En 1945 le dollar valait 119 francs)
Le même GI's sort d'une boîte de nuit à Paris et dit :" Quatre-vingt-dix francs pour un verre de cognac ! (Soit environ 1,32 dollars de l'époque) C'est de l'arnaque. Les Français sont tous des voleurs ! "
15. "Les Français sont de terribles mendiants. Ils demandent les bonbons, le savon, les cigarettes, la nourriture des GI. Ils n'ont aucun respect d'eux-mêmes".

Certains Français sont des mendiants.
Les personnes affamées perdent leur fierté.
Un ventre vide ne s'inquiète pas de perdre la face.
16. "Les Français nous ont accueillis au début, maintenant ils veulent que nous partions".

Un GI's américain a récemment déclaré : "Nous avons été merveilleusement reçu comme des invités pour un week-end. Mais nous sommes restés un an dans la maison. Personne ne veut d'un invité qui reste si longtemps chez lui".
Bien sûr, les Français préféreraient que les troupes américaines quittent la France dès que possible. (Vous le voudriez aussi si vous étiez un Français). Tant que nous sommes présents ici, nous imposons une surcharge supplémentaire à l'économie française déjà surtaxée. Les Français ont besoin des tickets de rationnement pour obtenir un logement, de la nourriture, des fournitures et des services qu'ils nous fournissent actuellement.
17. "Les Français se vantent énormément des combats qu'ils ont faits, mais ils ne parlent jamais des Américains qui leur jettent des fleurs par bouquets".

Le général Patton a câblé au général Koenig, le commandant français des FFI, que d'après lui, l'avancée spectaculaire de son armée (Patton) en France aurait été impossible sans l'aide des combattants des FFI.
Le général Patch a estimé que, depuis les débarquements méditerranéens jusqu'à l'arrivée de nos troupes à Dijon, l'aide apportée à nos opérations par les FFI équivalait à quatre divisions complètes.
Les Maquis, qui défendaient le Massif Central, dans la partie sud-centrale de la France, ont neutralisés deux divisions nazies et les ont empêchés de se battre contre nous.
Peut-être que certains d'entre nous n'aiment pas jeter des fleurs à quiconque, sauf à nous-mêmes. Peut-être avons-nous la mémoire courte.
18. "Les Français nous ont laissé tomber lorsque les combats se sont précisés. Qu'ont-ils fait, en tant que combattants, pour nous aider ?"

Voici quelques-unes des choses que les Français ont faites :
Les Français se sont battus en Afrique, en Sicile, ont libéré la Corse, ont combattu en Italie, ont participé à l'invasion de l'Europe et ont participé aux combats de la France et de l'Allemagne, de Normandie à Munich.
Des unités de la marine française ont participé aux invasions de la Sicile, de l'Italie, de la Normandie et du Sud de la France.
Des unités de la marine militaire française et de la marine marchande française ont participé à des opérations de protection de convois sur les routes de l'Atlantique et de Mourmansk.
Le 5 juin 1944, la veille du jour J, plus de 5 000 Français de la Résistance ont dynamité les chemins de fer dans plus de 500 endroits stratégiques.
Selon nos experts militaires, ils ont retardé les mouvements stratégiques des troupes allemandes pendant une moyenne de 48 heures. Ce qui était tactiquement d'une valeur inestimable. Ils ont sauvé un nombre incalculable de vies américaines.
Les groupes de résistance français ont fait exploser une série de ponts dans le sud de la France et ont retardé l'une des unités de la Division Das Reich Panzer pendant douze jours, qui accourait en renfort, de Bordeaux vers la Normandie.
Environ 30 000 soldats FF1 ont soutenu le VIIIe Corps de la Troisième Armée en Bretagne : ils ont saisi et tenu des points clés. Ils ont mené de vastes opérations de guérilla derrière les lignes allemandes.
25 000 soldats FFI ont protégé le flanc sud de la Troisième Armée par un contournement audacieux en France : les FFI ont détruit les têtes de pont allemandes au nord de la Loire. Ils gardaient des lignes vitales de communication en activité. Ils ont supprimé des poches de résistance allemande. Ils ont tenu de nombreuses villes et villages sous les ordres de notre commandement.
Lorsque notre troisième armée approchait de la région entre Dijon et Troyes, en venant de l'ouest, et tandis que la septième armée approchait de ce secteur par le Sud, c'étaient les FFI qui empêchaient obstinément les Allemands de prendre durablement position et empêchaient une retraite massive des leurs troupes
Alors que nos armées approchaient de Paris, plusieurs centaines de milliers d'hommes et de femmes français se sont soulevés contre les Allemands. 50 000 hommes de la Résistance ont combattu et ont battu la garnison nazie, pratiquement à mains nues, et ont occupé les principaux bâtiments et bureaux administratifs de Paris.
Ce sont quelques-unes des choses que les Français ont faites. Pour d'autres, voir la question n° 104.
19. "Ils roulent dans nos jeeps et gaspillent notre essence."

Ils roulent dans les jeeps qui leur sont officiellement prêtées par notre gouvernement.
Comment savez-vous qu'ils gaspillent l'essence ?
Comment savez-vous que leurs déplacements ne sont pas des affaires officielles ?
Est-ce qu'aucun Américain n'a jamais gaspillé de l'essence dans des voyages d'agrément ?

20. "Les Français ne sont pas amicaux".

Certains Français le sont, d'autres ne le sont pas.
A la différence des Américains, les Français, dans leur ensemble, ne sont pas autant du genre : "Content de vous voir les copains". Les Britanniques, les Suédois, les Grecs et les Mexicains ne le sont pas non plus.
Les Français ne deviennent pas amicaux ou ne font pas confiance facilement. Ils ne s'ouvrent pas aussi rapidement que nous le faisons aux États-Unis.
Les Français sont très polis. Ils sont aussi plus formels dans leurs relations personnelles. (Les Chinois aussi.)
Les Français respectent la vie privée des autres, et ils aiment également que l'on respecte leur propre vie privée.
Il est naturel que quiconque pense que les gens d'une autre nation ne sont pas aussi amicaux que leurs concitoyens. Il est difficile d'être amical dans une langue étrangère.
Il est difficile d'être amical quand vous avez faim, froid, et avez traversé six ans de guerre comme les Français l'ont fait. Pourtant, les Américains qui sont venus en Normandie, ou qui sont venus à Paris juste après la libération, parlent encore de l'explosion étonnante de gratitude, de générosité et de convivialité que les Français ont montrée envers eux.
Aux États-Unis, beaucoup de nos soldats se sont plaints que les gens des villes, près des camps d'entraînement, n'étaient pas amicaux. Les gens de notre Sud se plaignent souvent que les gens du Nord ne sont pas amicaux. Un Texan au Vermont trouve les New Englanders "froid" et "snob". Dit-on alors que tous les Américains sont hostiles ?
L'amitié, dit l'homme sage, réside dans ceci : "Désire et rejette les mêmes choses". Sur cette base, les États-Unis n'ont jamais eu un meilleur ami que la France. (Voir la question n°69.)
21. "Pourquoi se préoccuper des Français ? Ils ne pèseront aucun poids dans le monde d'après-guerre".

Outre les raisons de l'honneur et la simple décence (les Américains n'ont pas l'habitude de laisser leurs amis), c'est une politique médiocre et une pire diplomatie que "d'éteindre" une nation de 40 millions d'alliés. Vous aurez peut-être besoin de leur aide un jour.
La France reste encore un bastion sur l'Atlantique, de la Méditerranée à la Mer du Nord. La France sera encore un facteur important dans l'organisation politique mondiale. Les bases des îles de la France et ses colonies, seront encore des zones stratégiques dans la structure mondiale de la paix. Et à l'époque de la bombe atomique, la taille physique et la population d'un pays ne sont pas des indices de sa force et de ses potentialités.
Pourquoi se préoccuper de la France ?
Ce n'est pas notre travail que de "protéger" la France. Mais il nous appartient de s'inquiéter sérieusement de la paix et des problèmes politiques du monde. La France fait entièrement partie de ce monde.
David Low, le dessinateur anglais, a réalisé une caricature célèbre montrant les nations d'Europe agglutinées dans une grande embarcation. Les nations européennes se trouvaient à l'arrière du bateau qui s'enfonçait dans l'eau. L'Oncle Sam, lui, était assis à l'avant du bateau, au-dessus de tous, sec et hors de l'eau. Et il disait : "Pourquoi devrais-je m'inquiéter ? La voie d'eau n'est pas à l'avant du bateau".
Nous avons payé un prix terrible en vies humaines et en argent pour croire qu'une voie d'eau "à l'avant du bateau" n'affecte pas notre destinée.
22. "Les Français sont férocement indépendants".

Les Français sont indépendants. Ils sont fiers. Ils sont individualistes. Nous aussi. C'est une des raisons pour lesquelles il y a des frictions entre nous.
23. "Les Français sont prêts à tout pour avoir ce qu'ils veulent obtenir. Ils misent toujours sur le gagnant".

Ils ne l'ont pas fait en 1939 quand le monde entier regardait les Allemands comme étant sûrs d'être les gagnants. Les Français et les Britanniques auraient pu laisser les Allemands violer la Pologne sans protester.
Les Français et les Britanniques ont déclaré la guerre à l'Allemagne.
La plupart des Français n'ont pas non plus gagné en 1940, alors que l'Allemagne semblait encore plus imbattable. Alors que certains de leurs dirigeants du gouvernement de Vichy ont pactisé avec les Allemands, la grande majorité des gens ont refusé. Ils ont résisté de toutes les manières qu'ils pouvaient.

24. "Les Français sont des des mercenaires. Ils feraient tout pour quelques centaines de francs".

Où placez-vous la ligne entre un "homme d'affaires intelligent" et un " mercenaire" ?
Les Français pensent que le soldat américain qui vend des cigarettes, du savon ou des bonbons sur le marché noir à des prix fantastiques est un mercenaire. Certains Américains "feraient n'importe quoi pour quelques centaines de francs".

25. "Les Français nous escroquent"

Certains Français ont certainement escroqué des Américains. Nous nous souvenons des moments où nous avons été escroqués mais nous oublions le nombre de fois où nous ne l'étions pas.
Honnêtement, combien de fois avez-vous été traité de manière équitable ?
N'avez-vous jamais été escroqués aux USA, dans les villes proches des camps de l'armée ? (Voir la question n°85).

26. "Les Français sont cyniques".

Les Français sont désillusionnés. Ils sont amers. Ils ont le droit de l'être. Ils ont traversé les six des années les plus désastreuses de leur histoire. Ils ont connu la défaite, la faim, la persécution, l'invasion, l'occupation, le désespoir. Ils ont été humiliés devant les yeux du monde.
Les commentaires cyniques que beaucoup d'entre nous ont entendus en France reflètent le choc profond et la confusion que les Français ont soufferts depuis six ans.
Soit dit en passant, le discours cynique, est souvent considéré comme "intelligent" et "sophistiqué" aux États-Unis, pas moins qu'en France. Nous, Américains, aimons tout amener vers le bas", nous aimons raconter "l'histoire intime". Les français font de même.
Mais les Français ne sont pas cyniques à propos de certaines idées, des valeurs comme "Liberté, Égalité et Fraternité". Ils les veulent expressément. Ils ont toujours lutté pour cela.

27. "Les Français ne sont pas au goût du jour. Ils ne sont pas modernes. Ils vivent dans le passé."

Le changement vient lentement en France. Dans l'ensemble, les Français sont conservateurs. Si le français moyen a un mode de vie sécurisé, il est satisfait. Son rêve n'est pas de devenir millionnaire, mais prendre sa retraite avec un "petit" pécule pour qu'il puisse avoir une "petite" maison, un "petit" jardin et lire son journal tranquillement.
Les Français ne sont certainement pas aussi industrialisés que nous le sommes.  Cependant, par rapport à d'autres pays, ils sont considérés comme étant très à jour. Cela dépend des critères de la norme que vous utilisez. Les Français sont aussi avancés que n'importe quelle nation dans le monde d'aujourd'hui et dans certains domaines : l'art, la littérature, la musique, le design, la fabrication de la soie, les textiles, etc.
L'Almanach du Monde pour 1945 conclut qu'en ce qui concerne la législation sociale, "la France est à l'avant-garde". Les Français sont très en avance sur l'établissement des pensions de vieillesse, de l'assurance obligatoire contre la maladie, de l'invalidité et du décès, de l'assurance maternité, etc. C'est la France qui a introduit la semaine de travail de quarante heures.
28. "Les Français n'acceptent pas les nouvelles idées. Ils ne sont pas inventifs."

Voici quelques inventions et découvertes venues de France :
Aluminium (découvert simultanément en U. S. et en France)
Braille (système de lecture pour aveugle)
Fusil à chargement par la culasse
Cellophane
Moteur à gaz à usage professionnel
Soudure électrique de l'acier
Batterie de stockage électrique
Ballon volant
Gyroscope
Procédé de galvanisation du fer
Verre feuilleté
Machine pour faire du papier
Cartouche à douille métallique
Pasteurisation
Allumettes au phosphore
La photographie
Rayonne
Tissu en nitrocellulose
Hélice
Machine à coudre
Poudre sans fumée
Locomotive à vapeur
Manomètre à vapeur
Stéthoscope
Synthèse du camphre
Canon de 75mm sans recul
Mitrailleuse
Char d'assaut
Chenille
Écran de télévision 1000 lignes
Le Prix Nobel a été décerné depuis 1901 à la France pour des contributions en Physique, Chimie, Médecine et Physiologie, Littérature et Avancement de la Paix. Ces prix sont attribués indépendamment de la nationalité, de la race ou de la croyance. De 1901 à 1939, le prix Nobel a été attribué à 203 personnes. Les États-Unis en ont gagné 25. Les Français en ont remporté 28.
La seule personne au monde qui a déjà reçu 2 fois le prix Nobel était une française : Mme Marie Curie.

29. "Les Français critiquent tout. Rien n'est juste avec eux, il y a toujours quelque chose qui ne va pas."

Il semble que les Français soient comme nous. Nous, les Américains, critiquons toujours quelque chose. Nous ne sommes jamais satisfaits. Nous critiquons nos alliés, notre gouvernement, notre armée, notre police, nos politiciens, nos chefs d'entreprise, nos dirigeants syndicaux, nos écoles, nos taxes, etc., etc.
Nous sommes très fiers de notre droit de critiquer. En tant que gens vivants dans une démocratie, nous exigeons le droit de critiquer tout ce que nous voulons, à tout moment, sur n'importe quel problème.
Les Français ont aussi une tradition individualiste et démocratique très forte. Faites attention aux gens qui ne critiquent pas. Méfiez-vous du pays où la critique est interdite. Méfiez-vous du pays où les hommes obéissent comme des moutons.

30. "Tout le désir des français c'est de passer un bon moment. C'est tout ce qu'ils pensent de Paris".

Si vous jugez les français par ceux que vous voyez sur les Champs Elysées ou à Montmartre, vous faites la même erreur qu'avec les touristes qui ont visité la Maison de David* et ont demandé "Pourquoi les Américains ne se rasent-ils pas ?"
Paris n'est pas plus la France que la 52ème rue est l'Amérique. Paris a été, et est toujours, depuis plusieurs centaines d'années, l'une des plus grandes attractions touristiques du monde.
En fait, depuis1688, les Français n'ont plus l'habitude de "passer un bon moment" tel que nous le faisons. La famille française moyenne passe ordinairement moins de temps pour le plaisir mensuel que nous pour le week-end.
La réputation française de la gaieté a été construite sur la renommée de Paris en tant que ville gaie et sur la manière française de faire les choses. Le théâtre français est toujours brillant et varié. Les cabarets et les salles de musique de Paris sont célèbres dans le monde entier. Mais il y a environ 35 millions de Français qui ne vivent pas à Paris.
NB :*Allusion faite ici à communauté américaine "La Maison de David" (en Hébreu : Malkhout Beit David) dont les fidèles portaient la barbe et les cheveux longs
31. "Les Français ne sont pas sincères, c'est un trait inné avec eux".

Il n'y a pas de "traits innés" qui tiennent compte des caractéristiques sociales ou des coutumes d'un peuple. L'ensemble de l'anthropologie scientifique prouve cela.
Un enfant français, de descendance française, réagira comme un Américain si cet enfant est élevé dans une maison américaine, dans une ville américaine. Il en va de même pour un enfant de toute autre nationalité, couleur ou croyance.
Pour parler de "traits innés", on parle comme les nazis l'ont fait lorsqu'ils ont parlé de "bons" ou de "mauvais" sang. Ce n'est pas faire preuve de réalité ou de science.
Dire que les Français ne sont pas sincères n'est pas justifié, il n'y a pas plus de sens à dire que les Bostoniens ont un "trait inné" pour manger des haricots, ou que les Brooklynites ont un "trait inné" pour lancer des bouteilles sur l'arbitre.
Les "insincères" sont-ils français ? La façon de répondre intelligemment est de définir l'insincérité, d'analyser le nombre de Français qui montrent ces caractéristiques, de comparer ce nombre à celui des Français qui ne les présentent pas. Obtenir les proportions relatives entre les deux groupes, puis comparer les proportions d'une analyse similaire de "l'insincérité" à d'autres nations, y compris les papous.
32. "Les Français ne se soucient de rien, ils ont même une phrase pour l'exprimer :" laissez-faire ". Cela signifie pourquoi s'embêter."

"Laissez-faire" est le nom d'une philosophie de l'économie. Cela signifie : "Laisser l'économie courir par elle-même", selon les lois de l'offre et de la demande, sans ingérence ou protection gouvernementale. Tout le système que nous appelons le capitalisme, ou la libre entreprise, repose sur l'idée du laissez-faire.
33. "Les Français n'ont pas de cran, ils sont décadents".

Voici ce qu'on lisait, à partir des colonnes éditoriales du New York Times, à l'époque où la France est tombée :
"Les journalistes ayant assisté à l'exode des Français rendent hommage au courage, à la patience, à l'esprit intrépide du peuple sur les routes. Ils sont tous d'accord pour dire que le réfugié conserve, sous une terrible épreuve, sa foi caractéristique en lui-même et dans son pays. Le paysan français est la France, stable, dure, indépendante et courageuse. Aucune personne, qui ne connait pas la base de la France, ne peut douter, que même sous l'occupation nazie, la République survivra, sera réincarnée, et sera à la longue la force qui aidera à la quatrième République à survivre".

34. "Qu'est-ce que ces mangeurs de grenouilles ont contribué à faire pour le monde ?"

Outre le fait que les conceptions fondamentales de la liberté. La liberté, les droits de l'homme et le gouvernement par les gens ont reçu leur plus grand élan des écrivains et penseurs français de l'époque intitulée Les Lumières. Ces mangeurs de grenouilles" ont contribué à l'histoire, à la littérature, à la science, à l'art, à la philosophie et aux idées politiques qui en font des exemples les plus fiers et les plus brillants de la civilisation de l'humanité.
Le record de la France peut se tenir fièrement à côté de toute autre nation du monde et, dans de nombreux domaines, elle se situe bien au-dessus de toute autre nation. Voici quelques-uns des noms de français que toute personne lettrée considère avec respect :
Écrivains
Villon                      De Maupassant
Rabelais                  Anatole France
Corneille                 Daudet
La Fontaine             Romain Rolland
Molière                   Rostand
Racine                    Jules Verne
Voltaire                  Mme de Stael
Rousseau               Stendhal
Balzac                   Théophile Gautier
Victor Hugo           De Goncourt
Dumas                   Lamartine
Georges Sand         Eugène Sue
De Musset             Loti
Mérimée                Mme de Sevigne
Prévost                  Proust
Ronsard                 Le Sage
Sardou                  Jules Romains
Flaubert                 Paul Verlaine
Zola                      André Malraux
Explorateurs
Cartier
Champlain
La salle
Marquette
Scientifiques et inventeurs
Pascal         Laennec        Toucanta
Pasteur        Cuvier           Bourdon
Curie          Levassor        Cliardonnet
Buffon        Braille           Heroult
Berthelot    Hailer            Saruvage
Ampère      Lavoisier        Saurie
Daguerre     Montgolfier    Le Blanc
Musiciens
Bizet              Favre
Gounod          Debussy
Berlioz           Lalo
Saint-Saëns    Ravel
Massenet
Peintres et sculpteurs
Cezanne           Meissonier
Corot               Millet
Degas              Poussin
Delacroix         Prudhon
David              Renoir
Doré               Rodin
Forain             Rousseau      
Gérôme           Rouault
Houdon          Toulouse-Lautrec
Ingres             Seurat
Lebrun
Matisse
Philosophes
Chateaubriand                 Descartes
Charron                          Montaigne
Calvin                            Pascal
Montesquieu                  Comte
Abelard                          Bergson
La Bruyère                     Maritain
Diderot                          Poincare
Condorcet                      La Rochefoucauld
Cousin                          Renan
Rousseau
Historiens
De Tocqueville
Guizot
Thiers
Taine
Thierry
Saint-Simon
Quinet
35. "Les Français font les choses différemment de nous. C'est ce que je n'aime pas."

C'est toujours un choc quand vous rencontrez différentes façons de parler, de manger, de faire des choses. Mais ce qui est différent n'est pas toujours inférieur : "Différent" ne signifie pas "pire". Il y a plus d'une façon de dépouiller un chat.
On raconte l'histoire d'un soldat américain qui a vu des chinois déposer du riz sur des tombes dans un cimetière de Chungking. "Cela n'a pas de sens", a déclaré l'Américain avec un sourire. Il leur a demandé : "Quand vous attendez-vous que les morts mangent le riz ?"
"Lorsque vos morts se retourneront pour sentir vos fleurs", a été la réponse.

36. "Tous les Français ne font que parler".

Aucune nation ne pourrait exister pendant une semaine si elle ne faisait que parler.
Les Français apprécient la conversation. Ils considèrent que c'est un art. Ils sont dans l'ensemble très habiles.
Nous n'apprécions pas la "bonne conversation" autant que les Français.
C'est l'éclat, le charme et l'imagination des discussions françaises qui ont beaucoup contribué à la réputation de Paris en tant que centre mondial de la gaieté.

37. "Je n'ai jamais entendu des gens parler autant. Blablabla."

Si vous compreniez la langue, vous pourriez trouver que ce qui est dit est intéressant et pas seulement du "blablabla".
Un écrivain américain, Ambrose Bierce, a déclaré : "L'ennui, c'est une personne qui parle tout le temps. Quand voulez-vous qu'il vous écoute" ?

38. "Pourquoi les Français sont-ils si minables ?"

Vous voyez ça parce qu'ils portent des vêtements d'avant-guerre qui ont cinq ou six ans. Les nouveaux vêtements sont pour la plupart réservés aux POW (Prisonniers de guerre) et aux déportés français rapatriés.
Le Français moyen n'a jamais été aussi bien habillé que l'Américain moyen. Le français moyen a beaucoup moins d'argent que la moyenne des Américains

39. "Ce qui m'étonne, c'est comment, avec toutes leurs histoires sur la souffrance, vous voyez tant de Français bien habillés".

Les endroits que nous fréquentons à Paris sont comparables aux quartiers riches ou "touristiques" de toute grande ville américaine : Fifth Avenue, Michigan Boulevard, Wilshire Boulevard. C'est sur les Champs Elysées, autour de l'Opéra et sur le Boulevard Hausseman que vous voyez les Français bien habillés. C'est aussi là que vous voyez ceux qui profitent de l'inflation et du marché noir.
Certains des Français, qui ont l'air si bien habillés, ne le sont qu'apparemment. Sous un beau col et des beaux poignets, il peut y avoir la chemise la plus ancienne et la plus élimée que vous n'avez jamais vue. Les chaussettes sont raccommodées. Le sous-vêtement est parfois inexistant ou confectionné avec tout ce dont ils disposent.

40. Pourquoi les Français défilent tout le temps ? Prenez les Champs-Elysées, par exemple, chaque fois que vous y allez, il y a un défilé.

Ils ne défilent pas tout le temps. Ils défilent plus que nous. Ils ont plus aussi de vacances. Ils ont eu une histoire beaucoup plus longue et plus compliquée que la nôtre. Depuis 1789, la France a eu deux empires, deux monarchies et trois républiques. En France, comme en Amérique, il existe de nombreuses organisations (comme notre Légion américaine, VFW, Maçons, Anciens Vétérans, etc.) qui tiennent des réunions annuelles, des congrès ou des défilés.
En France, comme dans tout pays qui a été libéré après avoir été occupé par un conquérant pendant quatre ans, il y a une recrudescence du patriotisme et un désir de célébrer la libération, d'honorer leurs martyrs pour commémorer leur résistance.

41. "Aux Folies Bergeres ou au Casino de Paris, même ouvreuses demandent des pourboires ! Quel racket !"

Ce n'est pas du racket. Nous ne pensons pas que les chauffeurs de taxi, les serveuses ou les porteurs font du racket en demandant un pourboire.
Dans certains théâtres en France, les ouvreuses paient pour leur travail (comme dans nos vestiaires). Dans la plupart des théâtres, les ouvreuses ont peu ou pas de salaire et leurs seuls moyens de subsistance dépendent de leurs pourboires. Les Français donnent toujours un pourboire aux ouvreuses dans les cinémas, les théâtres, l'Opéra, les salles de concert. L'ouvreuse qui place une douzaine d'Américains qui ne lui donnent pas de pourboire a perdu l'argent qu'une douzaine de Français lui aurait donné.
42. "Pourquoi n'y a-t-il pas de sanitaires décents dans les maisons françaises ? Les toilettes sont horribles !"

Elles le sont. Que devraient faire les Français à ce sujet ? Il faut de l'argent pour avoir une plomberie décente. C'est pourquoi tant de personnes en France n'en n'ont pas. C'est pourquoi tant de gens dans nos propres États-Unis n'ont pas non plus des toilettes décentes.
Les Allemands ont beaucoup plus de sanitaires que les Français, ils pouvaient se le permettre, ils les avaient pris dans les pays qu'ils occupaient.
La plupart des bâtiments français sont très anciens : il est plus difficile et plus coûteux d'installer des sanitaires dans une ancienne maison que dans une autre.
Par ailleurs, 9 400 000 maisons aux États-Unis n'ont pas d'électricité. 80% des fermes n'ont pas de salle de bains et d'eau courante. Environ 3 607 724 maisons américaines n'ont pas de toilettes privées.
Un proverbe français dit :" Ne regarde pas la paille dans l'œil de ton voisin alors que tu ne vois pas la poutre qu'il y a dans le tiens."

43. "Les villes françaises sont sales".

Elles sont certainement plus sales aujourd'hui qu'elles ne l'étaient avant la guerre. Les Français n'ont pas repeint leurs murs depuis au moins 6 ans. Dans certaines villes et districts, la pénurie aiguë d'essence empêche les camions à ordures d'effectuer leurs tournées quotidiennes.
Les villes et les maisons françaises sont beaucoup plus anciennes que les nôtres. Les vieilles villes et les vieilles maisons sentent plus que les nouvelles.
La réglementation publique française sur l'assainissement public, la santé et les toilettes ne sont certainement pas au même niveau que la nôtre mais avant la guerre, les Français ont lavé leurs rues et leurs trottoirs plus souvent que nous le faisions. La France n'a pas des terrains vagues en friches, des décharges d'ordures dans les lotissements, les boîtes de conserve et les déchets dans les parcs publics si communs aux États-Unis.
Les françaises sont toujours des femmes d'intérieurs scrupuleuses. Mais peu d'entre nous sommes arrivés à entrer dans une maison française pour le constater.

44. "Les Français sont insalubres".

Les Français ont un niveau de vie inférieur à celui des États-Unis. (Comme les Polonais, les Russes, les Grecs, les Yougoslaves, les Chinois, les Mexicains, les Hindous, les Turcs et la plupart des autres peuples du monde.)
Les normes sanitaires augmentent à mesure que le niveau de vie augmente. La France n'est pas aussi prospère que nous. Ce n'est pas bon marché que d'installer des sanitaires modernes.

45. "Les Français ne se baignent pas".

Les Français ne se baignent pas assez souvent. Ils ne le peuvent pas. Ils n'ont pas de vrai savon. Ils n'ont eu aucun savon digne de ce nom depuis 1940. Les Allemands ont pris tout le savon pendant quatre ans. C'est une longue période.
La ration pour le Français aujourd'hui, quatre mois après la fin de la guerre, est de deux morceaux d'ersatz de pauvre savon par mois - 20 grammes tous les deux mois. Le véritable savon ne peut être obtenu que sur le marché noir, où il coûte environ 125 francs (1, 05 $) pour 310 grammes.

46. "Vous montez dans le métro et l'odeur d'ail, de sueur et le parfum vous étouffent !"

Les métros français d'aujourd'hui sont surpeuplés, chauds, désordonnés et sentent mauvais. Les métros absorbent également tout le trafic qui était assuré auparavant par les autobus.
Vous sentez l'ail car les Français, qui sont de superbes cuisiniers, l'utilise plus que nous.
Vous sentez la sueur parce que les Français doivent utiliser un savon ersatz très pauvre - et ils n'en n'ont pas assez.
Vous sentez le parfum parce que les femmes françaises préfèrent sentir le parfum plutôt qu'une odeur de saleté qu'elles n'aiment pas plus que vous. Lorsque vous n'avez pas de savon, le parfum est très pratique. Au cours des dix-huitième et dix-neuvième siècle, aux États-Unis, comme dans d'autres pays, des parfums et de l'eau de Cologne étaient utilisés pour donner un parfum agréable là où une désagréable odeur pourrait être perçue.
Par ailleurs, si vous êtes un ami, les Chinois vous confesseront, que le parfum des Blancs, peu importe leur apparence, est désagréable pour lui. L'odeur corporelle est étroitement liée à l'alimentation. Changez les aliments que les gens mangent et son odeur changea également

47. "Les villages français sont des porcheries. Ils entassent leur fumier juste devant les maisons ou dans les cours de ferme"

Certains villages français sont des porcheries. D'autres ne le sont pas. Dans l'ensemble, ils se montrent beaucoup plus sales que nos petites villes. Ils sont beaucoup plus vieux aussi.
La coutume malodorante d'empiler le fumier dans les cours ou en face des maisons est pratiquée dans de nombreux villages de toute l'Europe, y compris de nombreux villages allemands du sud et du centre de l'Allemagne (par exemple, Geislingen, Walldorff, etc.).
48. "J'aimerais beaucoup mieux les Français s'ils étaient plus propres".

C'est parfaitement compréhensible.

49. "Pourquoi arrêtent-ils de travailler pendant deux à trois heures par jour ?"

Ils gardent leurs magasins ouverts deux à trois heures plus tard que nous. (Ils l'ont fait quand il y avait des choses à vendre, il est inutile de garder un magasin ouvert si les étagères sont vides.)
La longue heure du déjeuner est une coutume qui ne se limite pas à la France. On la trouve en Italie, en Espagne, dans les Balkans et dans de nombreuses régions d'Allemagne. C'est une coutume que nous trouvons ennuyeuse car cela interfère avec notre confort (en tant que touristes), car cela diffère aussi de notre façon de faire.
Le Français moyen affirme qu'un déjeuner mangé assis, avec plaisir, est beaucoup mieux qu'une salade de poulet et de pain grillé avalé vite-fait, debout dans un snack. "Nous prenons le temps de vivre aussi bien que celui de travailler", déclarent les Français.
La pénurie de nourriture, le coût élevé des repas des restaurants et le fait que seules quelques cantines gèrent les réfectoires d'entreprises rendent nécessaires, pour le français moyen d'aujourd'hui, de rentrer chez lui pour son déjeuner.

50. "Les Français passent tout leur temps dans les cafés : ils s'asseyent pour boire au lieu de travailler."

Les Français ne s'assoient pas aux cafés toute la journée. Regardez-les aller et venir. Ils ont travaillé avant de s'asseoir et ils vont retourner travailler après leur départ. De nombreuses négociations commerciales se déroulent dans un café et de nombreux accords commerciaux y sont conclus.
Nous, les Américains, n'approuvons pas la coutume du café. Nous n'approuvons pas de prendre une pause pour déjeuner tranquillement. Tout cela signifie que la coutume française est différente de la nôtre.
Le café est quelque chose qui n'existe tout simplement pas aux États-Unis. Ce n'est pas un bar. Ce n'est pas un saloon. C'est plutôt un club. C'est l'endroit où un homme peut s'éloigner d'une maison bondée et bruyante. C'est l'endroit où il peut rencontrer ses amis. C'est l'endroit où un homme emmène sa copine ou sa femme et sa famille prendre du café (quand il y avait encore du café), de la bière et du vin, pour lire les journaux, pour jouer aux cartes, écrire des lettres. Pour les Français, le café est un lieu de détente, pas un endroit pour boire ou s'enivrer.
Avant la guerre, les consommations principalement servies dans les cafés étaient du café. Il n'y a plus de café maintenant. Blâmez les Allemands pour cela.

5l. "Ils sont feignants."

Certains le sont, d'autres ne le sont pas. Personne ne travaille plus d'heures, travaille plus fort, plus durement chaque jour et personne n'est plus économe que le fermier français.
Dans l'ensemble, les Français prennent la vie et travaillent à un rythme plus tranquille que nous ne le faisons. Dans l'ensemble, la production d'un travailleur français moyen est inférieure à celle d'un travailleur américain moyen. La France a beaucoup moins d'industrialisation, de mécanisation et de dispositifs d'économie de main-d'œuvre que nous. Cela vaut également pour presque toutes les autres nations du monde.
Les Français affirment qu'ils profitent plus de la vie que nous. Ils disent qu'ils ont une meilleure musique, art, poésie, philosophie, littérature. Ils disent qu'ils prennent le temps de vivre et qu'ils ne se tuent pas à la poursuite sans fin de vouloir plus d'argent.

52. "Vous pouvez conduire tout Paris et ne jamais voir quelqu'un travailler."

Cela dépend de l'endroit où vous conduisez et où vous regardez.
A propos, où avez-vous eu l'essence et le temps de conduire "à travers Paris" ?

53. "Ils sont primitifs. Les agriculteurs français portent toujours des sabots en bois".

Le fermier français est plus sensible que vous le pensez. Le fermier français porte des sabots en bois parce que le bois isole beaucoup mieux ses pieds contre la boue et l'humidité que le cuir.
La France n'a pas les très chauds jours d'été et les nuits torrides que nous recevons dans le Middle-West. Le paysage de la France n'est pas déboisé car, pendant des siècles, les Français ont pris soin de replanter les arbres qu'ils ont abattus. Ainsi, les fleuves de France courent toute l'année, et le sol français est frais et humide, et leurs sabots en bois sont très utiles. Le fermier français les trouve plus pratiques et plus résistantes que les chaussures en cuir.

54. "Pourquoi les Français ne travaillent-ils pas leurs champs ? Vous voyez ferme après ferme sans que personne n'y travaille. Les Français sont paresseux".

Il y a eu, jusqu'à très récemment, 2.230.000 Français en Allemagne en tant que prisonniers de guerre, pris par le Service du Travail obligatoire allemand, déportés.
Après la Première Guerre mondiale, les jeunes de France ont quitté les fermes pour aller travailler en ville. En 1930, des villages entiers dans certaines régions de la France étaient déserts. La législation agricole a tenté d'endiguer le flux de la population vers les villes, mais cela n'a été pas très efficace.
Il est néanmoins faux d'en déduire que les Français sont "paresseux". Le fermier français a toujours été considéré comme l'un des plus industrieux et économe du monde.
Peut-être une autre raison pour laquelle plus de Français ne sont pas dans les champs, c'est que certains ont été tués par des mines déposées par les Allemands. En un mois de cette année, 150 ont été tués ou mutilés de cette manière.

55. "Les françaises sont des femmes faciles".

Les femmes françaises faciles sont celles qui sont facilement séduites.
Il est injuste de généraliser sur les quelques femmes françaises rencontrées par quelques américains car ce serait généraliser à propos de toutes les filles américaines pour soldat parmi les celles qui pourraient se rapprocher d'un camp de l'armée aux USA.

56. "Les femmes françaises sont immorales".

Quelles femmes françaises ?
La plupart des filles françaises avant la guerre avaient beaucoup moins de liberté que nos filles américaines. Beaucoup d'entre elles n'avaient pas le droit de sortir sans chaperon. La France est dominante dans la religion et dans la morale.
Les femmes françaises immorales sont bien sûr les femmes les plus faciles à rencontrer. C'est pourquoi nous en côtoyons autant.
LAVEC
LAVEC
Admin

Messages : 64
Points : 5997
Réputation : 4
Date d'inscription : 16/09/2019

https://www.plainartige.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum